Concept I

Concept I

Concept II

Concept III

Concept IV

I – La biblioth�que de Chimurenga

En 2002 Chimurenga a �t� invit�e � participer � Documenta Magazine, un r�seau international de p�riodiques promu par Documenta, l’une des expositions d’art contemporain les plus importantes au monde, organis�e � Kassel, en Allemagne, tous les cinq ans. Chimurenga et Glendora Review �taient les seules revues africaines invit�es dans le projet. Les crit�res de s�lection n’�taient pas tr�s clairs et un manque d’informations sur les publications produites et distribu�es en Afrique a �merg�. Le projet Chimurenga Library est n� ainsi, en partie, comme r�ponse � Documenta Magazine, en offrant une approche diff�rente. La biblioth�que de Chimurenga est une s�lection de publications internationales qui ont influenc� culture, politique, �critures et id�es en Afrique. Le choix des p�riodiques pr�sent�s dans le site est totalement arbitraire et li� aux sympathies, � la vision et au r�seau de Chimurenga. Le site Internet cr�� pour le projet pr�sente une description des revues, une sorte d’arbre g�n�alogique de ces publications et une bibliographie. Mais, plus int�ressant encore, Chimurenga Library a command� � des intellectuels, artistes et �diteurs une contribution sur ces publications. Ainsi dans Chimurenga Library �merge non seulement un portrait des revues mais aussi une sorte de carte affective des liens, de la signification et de l’impact que ces p�riodiques ont r�ussi � produire au cours de leur histoire. Ce sont des publications en cours, �teintes, parfois des m�t�ores avec un seul num�ro z�ro; ce sont des publications produites en Afrique mais pas seulement et non n�cessairement. Chimurenga Library n’est pas int�ress�e � offrir un panorama du secteur de l’�dition africaine; son paysage est fait de connexions et interf�rences qui produisent pens�e et culture en rapprochant lieux et styles m�mes tr�s �loign�s. Il est int�ressant de noter que cette approche subjective et affective a imm�diatement produit une grande participation. Le projet pr�voyait huit revues et huit contributions: en six mois Chimurenga Library a pr�sent� sur son site vingt-six revues et a recueilli vingt et un textes et vid�os. Son stand � la Foire du Livre de Cape Town en 2008 a suscit� l’�moi et la curiosit� des visiteurs, le projet a rapidement obtenu des articles et comptes rendus dans la presse internationale et a �t� pr�sent� � New York au centre culturel “The Kitchen”.

Les responsables du projet ont transf�r� sur Wikipedia une bonne partie du mat�riau recueilli durant leurs recherches, ces articles ont rapidement suscit� un int�r�t et activ� de nouvelles personnes. Chimurenga Library continue son action : outre le fait qu’elle se d�ploie sur Wikipedia, de nouvelles contributions in�dites, notamment traductions et dossiers audio, sont pr�vues en 2009, tout comme une pr�sentation interactive � l’int�rieur de la nouvelle biblioth�que de Cape Town qui transformera les lecteurs en �crivains.

Les revues sont des r�seaux extraordinaires: elles relient des intellectuels du monde entier sur un projet commun, elles exp�rimentent des styles et des langages et sont des traces de l’histoire, des objets pr�cieux “that we read and admire”, comme dit Ntone Edjabe, directeur de Chimurenga.

Pour lettera27 soutenir un projet sur les revues signifie s’appuyer sur des r�seaux de personnes qui partagent la mission de la fondation: partage des connaissances et acc�s aux savoirs, participation. Outre le fait qu’elle produit et rend accessible de la documentation in�dite sur des p�riodiques bien peu connus, Chimurenga Library interpelle, d’une fa�on extr�mement enrichissante, les th�mes centraux de lettera27. Qui sont les lecteurs ? Qui sont les �crivains ? Qui produit les informations ? Chimurenga pointe du doigt cette ambigu�t� qui a profond�ment marqu� l’histoire des p�riodiques. Les revues influencent d’autres revues, les lecteurs �crivent aux revues, les �diteurs s’int�ressent aux nouvelles strat�gies pour accro�tre leur public, les �crivains interviewent les lecteurs, celui qui �crit, lit et celui qui lit, souvent �crit. Analyser l’histoire des p�riodiques permet d’analyser les nombreuses fa�ons dont les revues se sont int�ress�es au partage des connaissances, � l’acc�s aux savoirs et aux outils de participation. Tout cela n’est pas r�cent, ce sont des questions qui ont toujours interpell� les r�dacteurs. Il suffit de penser � toute l’�nergie consacr�e � inventer de nouveaux syst�mes de distribution et de vente au public, les modalit�s d’abonnement, les sondages, les espaces ouverts aux correspondances. Ces derni�res ann�es, Internet a ouvert de nouvelles voies, mais n’a pas d�truit les anciennes. L’analogique et le num�rique cohabitent en offrant des choses diff�rentes. On peut d�sormais acqu�rir des produits, commenter des articles, lire les nouvelles, trouver des approfondissements en ligne mais dans de nombreuses nations africaines aussi, o� il est particuli�rement co�teux ou difficile de publier, le plaisir de feuilleter une revue continue de produire de nouvelles publications.

lettera27 a financ� Chimurenga Library et demand� aux �diteurs de Chimurenga de rendre accessibles les r�sultats de leurs recherches sur Wikipedia. M�me si cela n’�tait pas pr�vu dans le projet de d�part, Chimurenga Library a soutenu WikiAfrica en cr�ant sur Wikipedia, dans sa version anglaise, des articles sur toutes les revues retenues. Cela n’a pas du tout �t� chose ais�e. En ins�rant leurs articles sur Wikipedia, les �diteurs de Chimurenga ont re�u des r�ponses plus ou moins automatiques de la part des administrateurs: “The notability of this article’s subject is in question”, “If notability cannot be established, it may be listed for deletion or removed”, “Its tone or style may not be appropriate for Wikipedia”, “Its neutrality is disputed”, “It reads like a personal reflection or essay”. Il est assez frustrant de faire une recherche, �crire des textes, commander des essais et contributions d’approfondissement pour ensuite recevoir des r�ponses automatiques de Wikipedia qui mettent en discussion la valeur m�me de la recherche, ses contenus, les personnes et les institutions qui les ont produites. Les �diteurs de Chimurenga ont d� se confronter � l’absence d’une masse critique capable de comprendre l’importance de leurs contenus. Mais pas seulement, Chimurenga et Chimurenga Library sont �crits dans un style et un langage peu adapt� � Wikipedia: afin de pouvoir �tre transf�r�e, la documentation a besoin d’�tre enti�rement r��crite. Au-del� du temps n�cessaire � cette op�ration, il est clair que demander � Chimurenga de ren�gocier son style ne cr�e pas seulement des difficult�s pratiques mais c’est aussi une requ�te id�ologique. Cela revient � dire: “Pouvez-vous, s’il vous pla�t, enlever toutes les expressions d’argot et sud-africaines en rendant votre anglais plus am�ricain ou au moins britannique ?” “Pouvez-vous renoncer � une approche personnelle et subjective en adaptant l’�criture des vos textes � celle d�j� existante ?”. La situation serait diff�rente si la quantit� des contenus revers�s sur Wikipedia �tait �norme et le nombre de personnes investies dans cette pratique tr�s vaste: � ce moment-l�, il reviendrait � Wikipedia de devoir ren�gocier son langage, et non pas � Chimurenga.

L’approche de la Chimurenga Library est personnelle, id�ologiquement orient�e (le fait m�me qu’elle se d�finisse panafricaine montre bien cet �l�ment) et demeure le r�sultat d’un choix stylistique et esth�tique bien r�fl�chi (pour cette raison son site n’est pas un wiki, parce que le software wiki est encore tr�s rigide et n’aurait pas permis au projet de se pr�senter au public avec un graphisme personnel). L’int�r�t de la revue Chimurenga et de son r�seau pour le projet encourage la suite des initiatives et, au-del� des difficult�s rencontr�es dans les rapports avec Wikipedia, Chimurenga Library a d�montr� �tre une source primordiale sur des sujets peu document�s. Elle a lanc� une recherche internationale � la fois en ce qui concerne le mat�riel produit et la m�thodologie adopt�e et a chang� les points de vue en Afrique en montrant comment “la perspective africaine” est vaste, changeante et multiforme, en cr�ant des articles sur Wikipedia qui ont donn� lieu � de nouvelles contributions et participations. En 2009 Chimurenga Library est en train de repenser ses interactions avec Wikipedia et a propos� de l’utiliser live dans les biblioth�ques afin d’investir de nouveaux lecteurs et �crivains.

– Iolanda Pensa, interview in Africultures, March 2009